À défaut de s’en abstenir, payer moins d’impôts a toujours été une véritable préoccupation pour la majorité des contribuables. Les placements financiers peuvent être solution.

L’assiette fiscale semble peut-être assez pesante pour ces derniers ou la plupart ne disposeraient pas d’informations suffisantes sur comment ce prélèvement s’effectue et les moyens de l’optimiser.

Tout compte fait, il est évident que l’urgence du moment se rapporte moins à cette préoccupation qu’aux nombreuses solutions relatives à l’allègement fiscal, ces alternatives à la défiscalisation parmi lesquelles les placements financiers demeurent des choix plutôt judicieux.

Pourquoi faut-il les prioriser pour payer moins d’impôts et quels sont ces placements financiers ? Voici la réponse.

Profiter d’avantages en optant pour les placements financiers et payez moins d’impôts

Il existe plusieurs outils de défiscalisation permettant d’obtenir des déductions, des allègements fiscaux ou des réductions et qui font payer moins d’impôts. On peut citer par exemple les biens immobiliers défiscalisant, les dons, les recrutements de personnel de maison, l’optimisation de la déclaration et surtout les placements financiers.
S’il est important de savoir faire le choix de son outil d’allègement fiscal, il est d’autant plus avantageux de privilégier les solutions de placement financier. Pourquoi une telle option ?

Parmi les alternatives permettant de payer moins d’impôts, on retrouve en effet de nombreux supports de placement financier qui offrent les taux de réductions et de déductions fiscales les plus élevés.

C’est le cas par exemple des FIP et FPIC dont les taux de réduction d’impôt peuvent excéder les 25 % dans certains cas. On les découvrira plus loin.

D’un autre côté, il convient de souligner la variété des supports de placement financier. Dans la perspective de payer moins d’impôts, vous disposez en effet de nombreuses possibilités pour faire un placement raisonné.

En résumé, les solutions de placement financier présentent plusieurs avantages consistants qui font de cette alternative pour payer moins d’impôts, l’une des plus intéressantes. Quels sont donc ces supports de placement financier ?

Souscrire au Plan d’Épargne Retraite (PER)

En vue de payer moins d’impôts, le PER est un produit d’épargne retraite intéressant au titre des placements financiers. Commercialisé depuis le 1er octobre 2019, il vient remplacer progressivement les contrats loi Madelin et les anciens produits d’épargne tels que le PERP, le PERE suspendu le 1er octobre 2020.

En moyenne, le taux de réduction d’impôt qu’offre la souscription à un PER est de l’ordre de 10 % avec quelques spécificités. Par exemple, lorsqu’un salarié verse 2000 euros en 2020, la réduction d’impôt que ce montant induira en 2021 se fera par tranche, notamment :

  • 280 euros : 14 % ;
  • 600 euros : 30 % ;
  • 820 euros : 41 % ;
  • 900 euros : 45 %.

Il faut préciser qu’au moment du versement, l’imposé doit informer son assureur et confirmer son choix au niveau de la déclaration sur le revenu pour obtenir la déduction.

Les FIP et FCPI comme supports de réduction fiscale

Le Fonds Commun de Placement dans l’Innovation (FCPI) et le Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) sont des outils de défiscalisation permettant d’investir respectivement dans les PME innovantes et celles plus anciennes ainsi que les entreprises solidaires d’utilité sociale (Esus), afin de payer moins d’impôts.

Tous deux garantissent un taux de réduction de l’impôt sur le revenu de 25 % depuis le 10 août 2020 contre 18 % auparavant, avec comme exigence le blocage du montant investi sur 5 ans. À noter qu’en Corse et en Outre-mer, les FIP offrent plutôt 30 % de réduction fiscale.

Les PME : outil de défiscalisation

À l’instar des fonds, les PME constituent un excellent moyen de payer moins d’impôts via un placement financier.

Pour bénéficier de ces avantages fiscaux, il suffit de souscrire au capital de PME européennes, notamment celles qui sont soumises à l’impôt sur les sociétés et ne sont pas cotées. À ce niveau, la règle de la conservation de l’investissement sur 5 ans demeure avec les mêmes taux de réduction pratiqués au FPI et FCPI. Par ailleurs, lorsque vous souscrivez au capital de TPE de moins de 5 ans d’existence, il est possible de repousser les limites de la réduction fiscale.

Investir dans les entreprises de presse

Souscrire au capital d’une entreprise de presse se veut un autre atout non négligeable pour payer moins d’impôts.

Pour obtenir des réductions d’impôt grâce à ce placement financier, il faut néanmoins que la souscription soit effectuée entre le 19 avril 2015 et le 31 décembre 2019. De plus, il doit s’agir d’une société de presse soumise à l’impôt sur les sociétés et consacrée à l’information générale ou politique et paraissant suivant une périodicité longue. Il faut rappeler que dans ce cas, la réduction est de 30 %.

Opter pour le plan d’épargne en action PEA

Le PEA est également un support de placement financier intéressant pour payer moins d’impôts. Il s’agit d’un outil qui présente presque les mêmes principes que l’assurance vie. Autrement dit, lorsque le souscripteur n’effectue pas de retrait, il est exonéré d’impôt sur ses dividendes et ses plus-values.

Comme condition, le PEA exige que l’investissement reste, non seulement dans les limites de 150 000 euros par individu majeur, mais ne soit également souscrit qu’au capital de sociétés françaises ou européennes. En outre, l’investissement devra être détenu pendant au moins 5 ans avant d’être exempté d’impôt sauf les prélèvements sociaux.

Souscrire à une assurance vie

Dans le plan de l’assurance vie, il faut noter que les plus-values et les intérêts capitalisés demeurent sans IR. Le principe en la matière est plutôt simple : tant qu’on n’observe pas de sortie du contrat, aucune imposition ne peut être effectuée.

Pourtant, le souscripteur est autorisé à passer d’un support financier à un autre (arbitrage). Dans le milieu financier, ce principe est dit de capitalisation des profits et se présente comme l’outil idéal pour s’assurer des placements financiers sur le long terme et surtout très rémunérateurs.

En dehors de cet atout considérable, l’assurance vie offre un régime d’imposition préférentiel sur les revenus. Il s’agit de l’abattement fiscal après 8 années qui majoritairement offre une imposition nulle sauf les prélèvements sociaux.

En résumé, la fiscalité de l’assurance vie demeure un placement financier qui offre de nombreux atouts pour payer moins d’impôts, peu importe le contrat souscrit.